Je suis né en juillet 1973 à Dreux dans une famille catholique.

 

Bien qu'émerveillé par le contenu des évangiles, la pratique religieuse me laissait sur ma faim.

 

Une profonde aspiration m’a conduit à entreprendre une quête mystique et à me rapprocher avec ferveur de certains témoins de l’éveil. Je m’adonnais délicieusement à la contemplation, bercé par la promesse d’une possible illumination.

 

Un soir de l'année 2005, un proche m’affirma que la spiritualité était obsolète, d'un autre temps. Cette affirmation ébranla mes plus intimes convictions, engendrant un malaise insupportable. Cette quête si fondamentale qui m’animait depuis si longtemps pouvait-elle être vaine ? Je ne pouvais me résigner à abandonner ma soif de sens à l’absurdité d'un monde désaxé.

 

Je plongeai alors dans une intense investigation :

 

Quel est le cœur éternellement vivant de la spiritualité ?

 

Cette question se présentait comme un koan dont la résolution était vitale à mon esprit suffocant ; je devais y répondre à tout prix : « Quel est le cœur éternellement vivant de la spiritualité ? Qu’est-ce qui la rend immortelle ? »

 

Soudain, tous mes repères s’effondrent, ne laissant aucune branche à laquelle se rattraper : Plus d’identité, plus d’histoire, plus d'appartenance, plus de corps… Je suis bouleversé par la plus parfaite des évidences ; La réponse est vivante, silencieuse, intime, éblouissante et libératrice :

 

>>>JE SUIS<<<

... le Cœur éternellement vivant de la spiritualité,

et ce depuis toujours !

 

Mais il s’agit alors d’un Soi abyssal, impersonnel, intemporel, immuable, impensable, absolu... et pourtant si familier ! Tout apparaît alors fuyant à l’exception de cette Présence éternelle au sein de laquelle tout se déploie et se dissipe.

 

Et "ma réalité historique", y compris cette expérience d’éveil, est alors apparue illusoire…

 

La Danse du monde

 

Égaré dans l'immensité céleste sans la moindre piste d'atterrissage, je suis resté longtemps dans un état de stupeur, indifférent à l'évanescence du devenir.

 

Puis s'est révélée la Grâce qui anime la danse du monde, se déployant dans sa multiplicité en un instant éternel et abondant, inondant également mon humanité dans sa singularité et déversant l'Amour en elle...

 

Ce “Je” vide et figé respirait à nouveau ; non pas avec des poumons de chair, mais en donnant vie au flux de ce monde, en l’accueillant comme le lit accueille l’écoulement de la rivière et le silence accueille la musique.

 

En ce Jour, chaque instant est un instant de Grâce, source d'émerveillement et de gratitude.

 

Il appartient à chacun de le réaliser intimement.

 

L'éternelle Présence

  

Il est un instant de grâce où la quête s'abime

dans la plénitude d'un Ici sans ailleurs.